atelier d’urbanisme et d’architecture, 
isla place la ville à hauteur des yeuxau coeur de la conception urbaine. 



qu(o)i
missions
mots d’ordre 
b👀️k 



projets d’urbanisme

👉 parc des confluences -- ivry sur seine
👉 acte 2 -- la grande motte

👉 mediapark.brussels -- bruxelles

👉 les fils des coteaux de l’îlle -- rennes 

👉 sun+gate -- shanghai

👉 cité-jardin rouher -- creil  🆕




projets d’architecture
de rez de ville

👉 hébert élastique (craupe) -- paris

👉 .f comme fertile -- saclay

👉 côté cour -- paris

👉 pavé dans la cour -- paris

👉 végé-table -- romainville  🆕



contact

pma@isla.paris


1 expression empruntée de l’anglais : The City at Eye Level. ( program for improving cities, streets and places worldwide).


⚠️️ dernière actualisation 27/07/2021.


Mark

cité-jardin rouher, 


creil



🔎️    le projet en 3 mots

👀   r.d.v au r.d.c ?
le rez-de-ville
comme fédérateur de  voisinage

💬️    la mission d’isla



© alfred agache - plan d’ensemble pour la cité-jardin Rouher vers 1930.
la cité-jardin Rouher a été conçue dans les années 30, par Alfred Agache, architecte urbaniste sociologue, inventeur du “musée social”. 


© alfred agache. - dessin représentant la “place paysage”. 

© alfred agache. - dessin représentant le “centre commercial”, l’actuelle place Salengro. 

La cité Rouher, conçue dans les années est constituée d’environ 90 maisons individuelles ( privées pour la pluspart) accolées ainsi que quelques immeubles collectifs. Son implantation en bord de coteau boisé et en balcon sur l'Oise lui donnent une qualité paysagère remarquable. Depuis la réalisation récente de la promenade piétonne dans le coteau - la promenade à Cricri - elle devient la porte d'entrée piétonne du plateau des Hauts de Creil depuis le centre ville.










Son atypicité par rapport aux autres quartiers de Creil est en partie due au contexte dans lequel elle a été pensée et bâtie.


La cité-jardin Rouher, est inscrite dans l’étude de programmation urbaine et de reconfiguration du quartier des Hauts de Creil ( AMT mandataire). Cette étude préconise d’encourager à conforter l’habitat privé sur le plateau Rouher. La cité-jardin a donc son rôle à jouer dans la dynamique engagée. 



© © isla + clément jolivet
Son concepteur, Alfred Agache, urbaniste et sociologue du début du 19ème siècle en a fait un manifeste d'une cité-jardin moderne et hygiéniste dans un contexte de croissance urbaine explosive du à l'exode rural.

Pour la Cité-Jardin Rouher, Alfred Agache met en place une forme urbaine qui favorise les échanges sociaux entre les habitants d'un même quartier tout en marquant très clairement la sphère "individuelle".
Ainsi, il maximise l'intégration des habitants de l'exode rural dans la ville grâce à l'appartenance à une multiplicité d'espaces en partage tout en leur garantissant une indépendance par rapport au reste de la communauté.

Cornudet, sénateur.”Il faut créer des outils urbains comme réponses sociales et égalitaires aux conséquences souvent dramatiques de la révolution industrielle : exode rural, pollution urbaine, logements ouvriers misérables, absence d’hygiène...”
Les oeuvres sociales de Jules Uhry, Maire. 1932.
"... je veux placer celui qui est obligé de travailler pour vivre dans les conditions les meilleures, (...) en lui assurant le calme, le repos et le libre développement "

"... Je veux lui donner un autre cadre que celui de l'usine, (...) plus reposant, plus sain, loin du trafic..."


Alfred Agache, architecte, urbaniste, sociologue, devant la maquette de Rio de Janeiro. "...je suis fier et j'ai confiance dans la modernité et les mutations sociétales.

A Creil, je réalise la cité jardin Rouher, ce sont 97 petites maisons qui ressemblent à de belles demeures avec de belles places au bord d'un grand parc... “








Le règlement urbanistique a permis de conserver en grande partie ce patrimoine mais ce n'est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Les habitants bien que fiers de leur cité, requièrent un assouplissement du règlement afin d'avoir l'autorisation d'adapter leurs propriétés à leurs besoins actuels (agrandissement des pièces de vie, création de salle de bain ou de chambres supplémentaires etc...).

Si la modernité des années 30 a doté ces maisons de w.c., elles n'ont pas pour autant été pourvues de salles de bains. Certaines pièces de la maison ont donc du être amputées ou sacrifiées par la création de salle d'eaux; induisant soit la réduction des pièces à vivre ou supprimant une chambre.



Le découpage foncier souligne la sphère individuelle tout en organisant savamment les frottements entre "communautés". 
Ici, personne n'a "la même chose que son voisin", mais sans pour autant provoquer des inégalités car les valeurs se compensent.
L'analyse architecturale à l'échelle des maisons révèle
8 types de maisons catégorisées en 3 « familles ». 
La décomposition en 8 types de maison catégorisées en 3 familles assemblées sous 3 formes souligne la rupture avec le principe du lotissement "classique" : en répétant une même typologie mais en l'assemblant à d'autres, on obtient une diversité architecturale. 

Avant de modifier le règlement, la mission requiert une analyse historique de la cité afin de révéler ses fondamentaux urbains, paysagers et architecturaux et arbitrer dans quelle mesure certains aspects peuvent être adaptés afin de répondre aux besoins contemporains des habitants et d'accompagner la cité dans la transition énergétique.

La méthode proposée est celle d'une itération continue entre d'un côté, ce que nous dit l'histoire et de l'autre ce que nous enseignent les modes de vie actuels de ses habitants.


Les besoins des habitants ont été analysés et ont servi d'étude de cas pour tester la flexibilité désirée du nouveau règlement. 100 ans après son idéalisation, la cité Rouher doit s'inscrire dans une nouvelle modernité sans trahir ni son histoire ni ceux qui l'habitent.
Pour répondre à l’évolution souhaitée de la cité, un secteur de plan masse a été réalisé autorisant les habitants à étendre leurs maisons en façade arrière de leur maison. En parallèle les zones de jardin à protéger ont été augmentées de 6700m² à 12000m² garantissant à la cité jardin son caractère végétal. 


   
© © isla + clément jolivet









Mark